Imprimante 3D et médecine : le bon mélange

Imprimante 3D et médecine : le bon mélange

Les secteurs de l’impression en 3D et de la médecine semblent bien différents. En effet, ils ne sont pas censés se rencontrer ou s’enchevêtrer. C’est pourquoi il est assez révolutionnaire de voir ces deux domaines rentrer en contact et amener une révolution majeure. En réalité, les imprimantes 3D et la médecine sont capables d’améliorer la vie de patients bien spécifiques.

Imprimante 3D et médecine : le bon mélange

Le domaine de l’imprimante 3D

L’impression 3D constitue aujourd’hui une technologie assez récente. En effet, il n’y a pas si longtemps qu’il est désormais possible de réaliser des objets avec une imprimante qui fonctionne de manière bien spécifique.

Ainsi, avec une imprimante 3D, il sera nécessaire de réaliser tout d’abord un modèle ou un schéma de l’objet que vous souhaitez concrétiser. Ensuite, à l’aide d’un filament ou de bobine en plastique, cet appareil se chargera d’effectuer la matérialisation de votre projet.

C’est la raison pour laquelle, il est plus adéquat de faire usage de ce dispositif dans des secteurs tels que la construction (réalisation de projets). Néanmoins, on remarque de plus en plus que les imprimantes 3D échappent à cette prédilection.

La médecine

La médecine se veut d’être le domaine qui a toutes les réponses aux préoccupations du corps humain. C’est la raison pour laquelle, au fil du temps, plusieurs innovations sont entreprises pour améliorer la vie des patients, quels qu’ils soient. Ainsi, il n’est pas rare que la médecine croise plusieurs autres secteurs.

Tel est le cas avec celui de l’impression 3D. En réalité, plusieurs appareils dont les imprimantes 3D peuvent faire l’objet d’utilisation en médecine. Pour le cas de ce type d’imprimante, elle est de plus en plus utilisée aujourd’hui pour la conception de prothèses.

Bien entendu, la cible de cette alliance entre la médecine et l’impression 3D est la catégorie de patients qui ont souffert d’amputation. Il peut donc s’agir d’hommes et de femmes en uniforme, ayant perdu un membre au combat. Toutefois, cette rencontre fabuleuse peut aussi être utilisée dans les cas de traumatisme dont la seule solution serait l’amputation d’un membre.

Impression 3D et médecine : un croisement qui soulage

Le fait que la médecine soit désormais en mesure de faire usage des imprimantes 3D constitue un avantage et une vraie innovation dans le domaine. En effet, cette innovation est en mesure d’apporter un réel soulagement aux blessés de guerre et aux personnes pouvant trouver du mal à s’adapter à leur nouvelle condition physique.

Le soulagement physique

Il n’est pas surprenant que la perte d’un membre puisse avoir des effets négatifs sur le physique d’une personne. Cela se traduit par :

  • Les douleurs : qui peut empêcher le patient de vivre normalement ;
  • Les démangeaisons : elles peuvent être ressenties lorsque le membre a été fraichement amputé. De façon générale, elles apparaissent lors de la cicatrisation de la blessure.

Ces manifestations peuvent en effet, mener la vie dure aux personnes concernées. La fabrication de prothèses par impression 3D vient donc à point nommé pour aider les patients à mieux s’accommoder à la douleur.

Le soulagement mental

Il faut dire qu’il peut s’avérer assez pénible de perdre un membre. Le patient se verra dans l’obligation d’accepter sa nouvelle condition physique et toutes les implications qui en découlent. Il s’agit de façon générale d’un long processus.

C’est d’autant plus vrai, lorsque le patient n’a pas une prothèse. Dans ce cas, il est même susceptible de présenter le syndrome du membre fantôme. Son esprit aura tendance à penser que le membre disparu est toujours présent.

Les imprimantes 3D pouvant donc lui venir en aide, le patient n’éprouvera plus autant de difficulté à s’habituer à sa nouvelle situation.

Imprimante 3D et médecine : le bon mélange
5 (100%) 1 vote